GARFIELD tiré au fusil à grenaille

 

La suite de son histoire....sur: http://www.chat-superfelin.fr/rubrique,garfield,751765.html

par son nouveau maître...

 

GARFIELD.   Sa belle histoire

SAMEDI  10 avril 2010 au soir, je reçois un appel de deux sœurs qui ont trouvé un chat dans un champ.

Ce chat ne bougeait plus.  Ces deux personnes Isabelle et Mireille lui ont donné à manger, il avait très faim. 

Il boitait et souffrait horriblement de la patte arrière.
Elles avaient contacté toutes les associations possibles, SPA, association de protection féline, et aucune ne voulait le prendre en charge. Ces deux sœurs repartaient sur Paris le soir même et elles ne pouvaient l’emmener ni le laisser sur place.

J’ai accepté de le prendre en charge, ne sachant au départ si c’était un abandon ….On est toujours méfiant au début. Et on pense aussi (hé oui) aux frais que cela va occasionner, alors qu’on est dans le rouge. Mais le cœur parle toujours alors j’ai dit oui.

J’ai rencontré ces deux sœurs qui avaient vraiment l’air heureuses d’avoir trouvé une association qui le prenne. Et j’ai bien leur désœuvrement lié à toute cette journée d’inquiétude. Je leur ai tendu une affiche de l’association quand elles sont partie pour qu’elles prennent si elles veulent des nouvelles du chat, pensant qu’elles ne le feraient jamais, comme souvent dans ces cas là.

Je me suis bien trompée…

Arrivé dans la chatterie, je l'ai immobilisé dans une cage pour ne pas qu'il bouge sa patte, en attendant de savoir quoi faire. Quand Isabelle et Mireille sont parties, je lui ai administré un médicament puissant antidouleur car il souffrait vraiment trop.

Je pensais soit à un accident de voiture ou une entorse de la patte arrière.
Bref on était samedi soir, le week end…Quoi faire ? La nuit porte conseil.

Le lendemain, il mangeait un peu et  il n’avait pas l’air d’être en danger. J’ai décidé d’attendre le lundi matin pour l’emmener chez le vétérinaire.

Marie-Christine l’a emmené chez le vétérinaire qui lui a demandé de le laisser la journée, ils vont lui faire des radios.


Radio : diagnostique: pronostique vital engagé.
Il a été tiré au plomb par un chasseur dans la cuisse arrière, et cela fait un petit moment que ça s’est passé puisque pas de blessure. Cela a du être un calvaire pour ce chat qui souffre le martyr…
L'os de la cuisse, au lieu d'être droit, est explosé et ressemble à un triangle. On voit les plombs qui ont explosé l'endroit. C'est ravagé donc pas réparable.

DECISION A PRENDRE: après explication du vétérinaire, je dois choisir, seule, entre euthanasie ou amputation. Je venais de perdre ce dimanche, la veille, une de mes chattes, que j’ai retrouvée en me promenant, morte au bord d’une route, et dans un piteux état, et je n’ai rien pu faire.
J'ai choisi pour la vie et j’ai décidé de lui laisser une chance à ce pauvre minou. Il en avait une, lui.
Cette opération tombe mal financièrement. L'euthanasie coute moins chère mais LA VIE N'A PAS DE PRIX.
Les vétérinaires  n'aiment pas faire ce genre d'intervention car ils sont amenés à couper les muscles et les nerfs et quand c’est de la charpie comme dans ce cas là (et nous saurons pourquoi ensuite) ils ne savent pas trop où couper…
L'opération va être longue et compliquée. Si le vétérinaire voit que l'articulation est foutue,  car il y a ce risque et cet imprévu quand il ouvrira, il prendra la décision de lui abréger ses souffrances.
Dans un ou deux jours, nous saurons. Il devait reprendre des forces avant.
ATTENTE…

Il a été opéré le mardi et dans l’après midi, j’appelle avec appréhension…

L’opération s’est bien passée, l'os n'était pas nécrosé et ils ont réussi à enlever le mandibule (la rotule de la cuisse). Ce n’était pas du plomb mais de la grenaille, un mélange artisanal de ferraille utilisée par des braconniers. La grenaille a fait exploser les muscles, c'était de la charpie!!

Il est entrain de se réveiller. Le vétérinaire ne s'est pas prononcé ; il l'a mis sous morphine car c’est très douloureux.... le chat doit se réveiller maintenant normalement, il est sous perfusion. Puis il doit ensuite s'habituer psychologiquement au manque de membre...
Il le garde au moins une semaine en surveillance.
J'ai demandé le devis total pour l’amputation qui est estimé (sauf complication des suites post opératoires) à 250 euros.

 

 

La grenaille est interdite! il lui en reste d'ailleurs dans les muscles...
Le mercredi je lui ai rendu une petite visite à la clinique vétérinaire. L’état physique impressionne et ému toujours au premier abord, mais j’ai avant tout vu LA VIE en lui. Il a ronronné en me voyant alors qu’il ne tenait pas encore bien debout sur 3 pattes.

Je lui ai fait un câlin et j’ai appelé tous les jours pour connaître son état.

Ce n’était pas sûr qu’il sorte pour le week end, car ils voulaient qu’ils soient sortis d’affaire médicalement mais surtout psychologiquement.

Car un chat peut se ronger l’endroit, ou se laisser mourir d’avoir perdu un membre.
GARFIELD se stabilise. Il mange un peu mais ne boit pas assez. Sinon il n'arrête de pas de ronronner.
L'assistante est sous le charme. Il a du mal à tenir encore en équilibre, mais c'est un bon début, il n’est  plus sous perfusion.
Finalement, après plusieurs jours d’attente pour savoir s’il était sorti d’affaire, mon appel du samedi matin m’a donné la joie. « Tout va bien, Garfield a sa valise de prête et il vous attend ! »
Le vétérinaire m’explique en détail l’opération, détails que je passerai ici.

ils lui ont posé une collerette car il a tendance à se lécher à l'endroit de l'opération, collerette qu’il devra garder 10 jours, tant qu’il a encore les fils. Ils lui ont refait son pansement et c’est propre.
Il doit être mis en isolement (grande cage)pour ne pas qu'il tombe et qu’il se fasse mal.


ARRIVEE à la chatterie : Il ronronne !!!! il est mignon tout plein, et qu'est ce qu'il mange!!!
Tous ces jours pendant lesquels il a souffert tout seul, sans manger...il les rattrape…
Dans 10 jours, le vétérinaire lui enlève les fils et on verra si il est sorti d’affaire ou s’il nécessitera d’autres soins post opératoires. Je dois lui faire une piqure d’antibiotique tous les jours, sinon le câliner et le surveiller. Pour ça c’est bon.

Je tiens ici à remercier ISABELLE et MIREILLE d’avoir vu ce chat en souffrance dans un champ, de nous l’avoir amené à l’association et d’avoir pris de ses nouvelles. Elles sont ses marraines de cœur !!

Un sauvetage est toujours une histoire de mobilisation collective….

Je ne regrette sincèrement pas d’avoir pris la décision de le sauver, de lui offrir la vie, j’aurais fait pareil pour un de mes chats, même si quand on prend cette décision, on se sent bien seule…

La suite bientôt avec un lien de site ....

 VF